... des statistiques de qualité au service du développement
 
Enquête Camerounaise Auprès des Ménages (ECAM 4) : Rapports des Etudes thématiques


L’analyse des principaux résultats issus de la quatrième Enquête Camerounaise Auprès des Ménages (ECAM 4) ouvrent des perspectives nouvelles dans le cadre de la révision de certaines politiques formulées dans le DSCE, ou de certaines politiques publiques. Cet exercice a été mené à travers plusieurs études thématiques dont les synthèses sont ci-après présentées. L’analyse de l’évolution des principaux indicateurs de la pauvreté selon l’approche monétaire (ou approche objective), entre 2001 et 2014, montre que l’incidence de la pauvreté a reculé de 2,7 points, passant de 40,2% à 37,5%. Cette baisse de la prévalence de la pauvreté résulte de la génération d’une croissance économique moyenne annuelle de 3,8% parallèlement à la vigueur de la croissance démographique, qui est autour de 2,6% en moyenne par an. Il y a lieu d’attirer l’attention sur l’aggravation des inégalités qui, en atténuant l’impact de la croissance économique, traduit les efforts à déployer pour que les mesures de réduction déjà engagées ou envisagées profitent prioritairement aux populations pauvres ou vulnérables. Selon l’approche subjective, qui reflète la perception que chaque individu a de sa propre situation comparativement aux autres, 56,8% de chefs de ménage se considèrent pauvres ou très pauvres. Ce taux est supérieur de près de 20% du taux de pauvreté obtenu selon l’approche monétaire. Le profil de pauvreté qui se dégage, pour un seuil fixé à 339 715 FCFA par équivalent adulte et par an, montre que les populations rurales sont les plus touchées, particulièrement celles des régions de l’Extrême-Nord, du Nord, du Nord-Ouest et de l’Adamaoua. Sur le plan socioéconomique, l’incidence de la pauvreté décroît avec le niveau d’instruction. Le fait que la pauvreté reste encore un phénomène plus répandu en milieu rural où 56,8% d’individus sont touchés contre 8,9% en milieu urbain appelle à davantage d’actions en faveur du développement du monde rural. S’agissant de l’évolution du pouvoir d’achat des ménages entre 2007 et 2014, l’on remarque globalement que le niveau général des prix a augmenté de 28%. Cette augmentation qui se traduit par la perte du pouvoir d’achat, aurait probablement pu être plus accentuée, n’eût été l’application des mesures prises, surtout en 2008, pour préserver les conditions de vie des populations, lesquelles répondaient à l’objectif de croissance inclusive visée dans le DSCE. En ce qui concerne la relation entre la pauvreté et l’activité économique, les résultats laissent transparaître, aussi bien au niveau national qu’au niveau régional, que les ménages dirigés par des actifs du secteur informel sont les plus touchés, surtout ceux du secteur agricole. En plus du caractère dominant de la pauvreté en zone rurale, vient se greffer le travail des enfants qui y est de plus en plus accentué. L’analyse de la pauvreté en relation avec les activités du monde rural révèle que les outils le plus utilisés sont principalement rudimentaires ; ce qui justifie la faible productivité. En outre, l’essentiel des activités de production est financé sur les fonds propres ou par l’aide des parents ou amis, en l’absence d’un financement bancaire approprié. L’analyse de l’accessibilité physique des populations aux infrastructures de base montre que, le niveau de pauvreté des conditions de vie des ménages ne s’est pas sensiblement amélioré entre 2007 et 2014, notamment pour ceux vivant en milieu rural. S’agissant de la relation entre la pauvreté, le patrimoine, l’accès au crédit et au capital social, les résultats montrent que près de 48,8% de ménages dans l’ensemble et dont 76,3% de ménages pauvres, ont au moins un membre qui possède une parcelle de terre exploitée. Le recours aux structures de financement des activités productives reste encore faible. En effet, moins de 10% de ménages ont au moins un membre ayant fait une demande de crédit auprès de ces structures. Sur environ 4,3% de ménages ayant fait la demande dans une institution financière formelle, 1,6% ont obtenu un crédit auprès d’une banque, et 2,7% se sont tournés vers une micro finance pour l’obtenir. Par rapport à l’accès au capital social, on note que les ménages non pauvres sont presque 2 fois plus nombreux que les ménages pauvres à avoir un membre qui milite dans une association (48,8% contre 25,2%). Dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, la mobilité résidentielle des ménages est restée faible, car seulement 7,1% de ménages ont changé de localité de résidence entre 2007 et 2014. Par ailleurs, l’émigration des membres du ménage, qui concerne 25% de ménages, est essentiellement interne et motivée par la recherche d’un travail mieux rémunéré ou pour améliorer le niveau d’instruction et la formation. S’agissant de la perception des populations sur certaines dimensions de la gouvernance, notamment les actions d’amélioration, celles-ci souhaitent la poursuite de la lutte contre la corruption, le renforcement de la couverture et de la qualité des infrastructures socioéconomique de base, la poursuite des actions de décentralisation, l’accès à l’information, l’implication et la consultation des populations dans les projets communautaires. Suivant l’engagement des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine en 2010, les statistiques sur la gouvernance, paix et sécurité (GPS) produites montrent que la population adulte est peu satisfaite de la manière dont les principes démocratiques sont mis en œuvre et exprime un jugement relativement défavorable quant à l’efficacité des actions gouvernementales anti-corruption. Le bilan en matière de sécurité révèle que 72,1% de la population se sentent plutôt en sécurité et font confiance à l’Etat pour sa protection. La plus grande menace à la paix et à la sécurité perçue est d’ordre économique (85% pour la pauvreté et 84% pour le chômage). Le risque terroriste est exprimé par près de 67% de la population. En définitive, la base des données constituées à partir de l’ECAM 4 fournit beaucoup d’information susceptible d’éclairer le choix des politiques publiques. La présente édition sera suivie d’une autre consacrée à d’autres thématiques, notamment "Pauvreté et genre", "Emploi de temps", "Pauvreté, éducation et santé" et "Dépenses de consommation finale des ménages".

Télécharger la version complète du document : Note finale de présentation(pdf)

Télécharger la version complète du document : Aspects subjectifs de la pauvreté(pdf)

Télécharger la version complète du document : Evolution des principaux indicateurs de la pauvreté monétaire(pdf)

Télécharger la version complète du document : Pauvreté et activités du monde rural(pdf)

Télécharger la version complète du document : Pauvreté et activités économiques(pdf)

Télécharger la version complète du document : Pauvreté et conditions de vie au Cameroun en 2014 (pdf)

Télécharger la version complète du document : Pauvreté et évolution du pouvoir d’achat des ménages(pdf)

Télécharger la version complète du document : Pauvreté, mobilité résidentielle et migrations au Cameroun(pdf)

Télécharger la version complète du document : Pauvreté, patrimoine et accès au crédit et capital social(pdf)

Télécharger la version complète du document : Perception des populations sur certaines dimensions de la gouvernance(pdf)

Télécharger la version complète du document : Profils de pauvreté monétaire(pdf)

Télécharger la version complète du document : Statistiques sur la Gouvernance la Paix et la Sécurité (GPS) au Cameroun en 2014(pdf)


Flash Infos

JOURNÉE AFRICAINE DE LA STATISTIQUE, 18 novembre 2016 : DÉCLARATION OFFICIELLE DU MINISTRE DE L’ECONOMIE, DE LA PLANIFICATION ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE. Pour plus d’information cliquer Ici.

LE MOIS DE LA STATISTIQUE AU CAMEROUN, édition 2016 : Depuis 2015, le Cameroun a institué le MOIS DE LA STATISTIQUE qui couvre la période du 20 octobre au 20 novembre dans le but de marquer son adhésion à la résolution des Nations Unies qui invite les pays membres, de promouvoir à travers des actions, la Statistique en tant qu’outil d’aide à la prise de décision axée sur les résultats. Pour l’année 2016, LE MOIS DE LA STATISTIQUE AU CAMEROUN est meublé par plusieurs activités et porte sur le thème «Renforcement des statistiques économiques pour l’intégration régionale, la transformation structurelle et le développement durable ». Pour plus d’information cliquer Ici.

PARIS21 : Rapport 2016 sur le soutien des partenaires à la Statistique dans le monde. Pour plus d’information cliquer Ici.

Annuaire Statistique du Cameroun 2014

LE MOIS DE LA STATISTIQUE :AGENDA
Du 12 au 16 octobre 2015 :Mise en adaptation de la SNDS 2, sous le format de la planification stratégique intégrée.
19 octobre 2015 : Forum de sensibilisation sur les résultats de l’atelier régional sur la planification stratégique intégrée (co-organisé avec AFRISTAT-STATCanada & Paris21).
22 octobre 2015 : Grande sensibilisation autour de la SNDS 2 en alignement sur les ODD, et les défis de l’AP2015 en matière statistique.
26 octobre 2015 : Organisation d’une table ronde avec les partenaires au développement pour le financement de la SNDS 2.
30 octobre 2015 :
(1) Installation du Conseil National du 4ème Recensement Général de la Population et de l’Habitat, du Président et des Vice-présidents du Comité Technique;
(2) Installation du Président du Conseil d’Administration, du Directeur Général et du Directeur Général Adjoint du Bureau National de l’Etat Civil.
14 novembre 2015 :Une marche sportive réunissant tous les membres du SSN.
18 novembre 2015 :
(1) Tenue de la 14ème session du CNS;
(2) Communication du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire sur le thème de ces journées.

Rapport préliminaire de l'ECAM4 de 2014. Pour plus d’information cliquer Ici.

Atelier de lancement du Projet de renforcement des capacités des pays à l’utilisation des technologies mobiles pour la collecte des données statistiques au Cameroun, du 24 au 26 juin 2015 à Yaoundé. Pour plus d’information cliquer Ici.

Contribution à la 73e lettre d’AFRISTAT (LLA) 2eTrimestre 2015. Pour plus d’information cliquer Ici.

Avis d’appel d’offres national ouvert n°03/aono/ins /cipm/2015 du 20 avril 2015 pour le gardiennage des locaux de l’INS -exercice 2015. Pour plus d’information cliquer Ici.

Relevé des conclusions et recommandations de la 46ème Session de la commission statistique des Nations unies, New-York, du 27 février au 06 mars 2015. Pour plus d’information cliquer Ici.

60e WSC 2015 : Appel à communication. La soumission des articles pour une présentation est ouverte jusqu'au 13 Février 2015. Pour plus d’information cliquer Ici.

Première réunion du Comité des Directeurs Généraux des Instituts Nationaux de Statistique (CoDGs) et la Commission Statistique pour l'Afrique (StatCom-Africa), Tunis, du 8 au 12 Décembre 2014, . Pour plus d’information cliquer Ici.

Evolution de l’inflation au cours des neuf premiers mois (janvier-septembre) de l’année 2014 .

Annuaire Statistique du Cameroun en 2013 .

Etude sur la situation de référence des indicateurs De la chaine pénale au Cameroun en 2014 .

Célébration de la 24ieme Journée Africaine de la statistique (JAS) sous le thème: "des données en accès libre, en faveur de la responsabilité et de la participation sans exclusion".

Etude sur les transactions transfrontalières du commerce extérieur en 2014 .

Les Comptes Nationaux du deuxième trimestre de 2014.

Les Comptes Nationaux du premier trimestre de 2014.

Rapport sur la monographie des échanges transfrontaliers de marchandises au Cameroun, 2014.