... des statistiques de qualité pour éclairer le choix des décideurs
 
Au premier semestre 2013, les prix à la consommation finale des ménages enregistrent une hausse de 2,3% par rapport au même semestre de l’année 2012 :

Les prix à la consommation finale des ménages enregistrent au cours du premier semestre 2013 une hausse de 2,3% par rapport au même semestre de l’année 2012. Cette augmentation est la même (2,3% en moyenne) sur les douze derniers mois. Cette hausse du niveau général des prix est tributaire de celle des prix des services de l’enseignement (4,7%) et du renchérissement des prix des produits alimentaires (3,8%), ainsi que ceux des services de transport (2,8%) et de Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles (2,7%). La hausse en glissement annuel des prix des services d’enseignement découlent des ajustements des frais de scolarité dans les établissements privés observés à la rentrée scolaire 2012/2013 et masque la quasi-stabilité de l’indice de cette fonction entre septembre 2012 (105,7 points) et juin 2013 (106,1 points).

iconeEvolution au cours du premier semestre de l’année 2013

… Une hausse des prix de 2,3% contre 2,5% à la même période en 2012

Les prix des produits à la consommation finale des ménages ont augmenté de 2,3% au cours du premier semestre 2013 par rapport au même semestre de l’année 2012. Cette hausse était de 2,5% il y a un an.

En moyenne sur les douze derniers mois, l’augmentation est de 2,3% contre 2,7% sur la même période de l’année dernière.

… La plus forte hausse à Ebolowa (4,1%)

Sur le plan spatial, les prix à la consommation ont augmenté dans toutes les villes. La ville de d’Ebolowa a enregistré la plus forte hausse des prix (4,1%), suivie de Bamenda (3,7%) et Buéa (2,5%), et la plus faible hausse est observée dans la ville de Garoua (0,7%). Douala, Yaoundé, Maroua et Bafoussam ont enregistré respectivement 2,1%, 2,3%, 2,3% et 2,3%.

Graphique 1 : Evolution générale des prix sur les douze derniers mois

Graphique1

… Une inflation entretenue par les prix des services de l’enseignement et des produits alimentaires

La hausse en glissement du niveau général des prix résulte en grande partie du renchérissement de 4,7% des prix des services de l’enseignement et de 3,8% pour ceux des Produits alimentaires. La hausse est respectivement de 2,8% et 2,7% pour les biens et services de transports et du Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles.

iconeProduits alimentaires

… Une hausse soutenue par la pénurie du poisson maquereau et l’insuffisance de l’offre des viandes

Les prix des produits alimentaires ont grimpé de 3,8% au cours du premier semestre de l’année 2013. Cette progression des prix des produits alimentaires est due notamment au renchérissement des prix des poissons et fruits de mer (6,9%),des légumes (4,8%) et des viandes (3,9%). l’insuffisance de l’offre du poisson sur le marché serait à l’origine de la hausse des prix des poissons.

Graphique 2 : Evolution des prix des produits alimentaires

Graphique2

  • La flambée de 7,2% des prix des poissons, et fruits de mer découlerait de la forte augmentation des prix observée au niveau des poissons congelés (13,9%) et des poissons frais (6,0%). Les poissonneries n’ont pas été suffisamment ravitaillées en poisson maquereau. Cette pénurie a engendré une hausse de 17% pour ce produit et a induit des hausses respectives de 5% et 4% sur les bars et machoirons congelés.
  • Les prix des viandes ont augmenté de 3,9% par rapport au 1er semestre de l’année 2012. Cette hausse s’expliquerait par l’accroissement du prix du poulet de chair
  • (7,1%) et celui de la viande de bœuf avec os (3,7%). Les prix de la viande de porc quant à eux sont restés un peu stable par rapport au 1er semestre de l’année 2012 (0,7%).
  • Les prix des légumes ont augmenté de 4,8%. Cette hausse serait due à la forte hausse observée au niveau de l’oignon frais (40%), du haricot koki nièbé (20%), du manioc séchés en cossette (19%), du plantain (15%), des tomates (13%), et de la pomme de terre fraiche (10%). Les oignons n’ont pas été aussi abondants sur les marchés au premier semestre de cette année comme ce fut le cas en 2012. Cependant, les prix des oignons sont restés en deçà des prix observés en 2011.
  • Les prix des huiles et graisses ontégalement connu une hausse de 3,8%. Cette hausse découle de la montée des prix de l’huile de palme brute dont le prix a enregistré une hausse de 9% en moyenne au niveau national.
  • Les prix des pains et céréales ont évolué de 2,0 % par rapport au 1er semestre de l’année 2012. Cette hausse serait liée à l’augmentation du prix des croissants (10%), du pain (3%) et du riz (3%). Bien que les mesures prises en 2008 restent en vigueur, quelques opérateurs essayent de tricher sur le poids du pain.
  • Les prix des fruits se sont accrus de 1,5%. La banane douce, les citrons et les papayes ont tirés les prix dans ce sous-groupe avec les hausses respectives de 12%, 11% et 6%. La hausse des prix des fruits a été freinée par les ananas et les oranges dont les prix ont respectivement baissé de 5,4% et de 4,1%.

iconeLes autres sources d’inflation

… Les prix des services de l’enseignement, des services de transport et de Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles montent respectivement de 4,7%, 2,8% et de 2,7%

Au cours du premier semestre de l’année 2013, les prix des services de l’enseignement, de transport et de logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles ont respectivement crû de 4,7%, 2,8% et de 2,7%. Pour ce qui est des services de l’enseignement, la hausse est imputable à la hausse des prix de l’enseignement secondaire (6,7%) et l’enseignement primaire et préélémentaire (5,8%). Ces variations découlent des ajustements des frais de scolarité observés à la rentrée scolaire 2012/2013 dans les établissements privés laïques et confessionnels. Cette variation en glissement annuel masque la quasi-stabilité de l’indice observée entre septembre 2012 (105,7 points) et juin 2013 (106,1 points). La hausse des prix de transport est surtout imputable aux prix des petites réparations de cyclomoteur (8,5%) et au lavage des voitures de tourisme (4,5%). Le prix des logements, eau, gaz et autres combustibles ont également crû de 2,8%. Hausse liée au renchérissement du prix de l’électricité (7,8%) et des prix des services concernant l’entretien et les réparations du logement (4,3%). L’application des nouveaux tarifs de l’AES-SONEL continue d’entretenir l’inflation. la seconde tranche était passée de 70 FCFA à 79 FCFA à partir de juin 2012.

Graphique 3 : Evolution des prix des autres fonctions de consommation

Graphique3

... L’inflation est autant locale qu’importée

Au cours du premier semestre de l’année 2013, on observe une inflation aussi bien d’origine interne qu’externe. Les prix des biens produits localement et ceux qui sont importés ont connu des hausses respectives de 2,8% et 1,5% sur les douze derniers mois.

Graphique 4 : Evolution des prix selon l’origine

Grapique4

Il convient de rappeler que l’inflation au Cameroun a été aussi d’origine interne pour les années 2009, 2010, 2011 et 2012 traduisant ainsi les difficultés qu’éprouvent les producteurs locaux à satisfaire la demande intérieure et sous régionale sans cesse croissante. Toutefois, depuis le 3ème trimestre 2012, l’inflation importée connait une tendance baissière. Cette réalité est essentiellement due à la structure des importations qui tend à évoluer avec les grands chantiers en cours de réalisation dans le pays et de la part de plus en plus élevée d’importation de produits alimentaires notamment les poissons et les céréales.

… Une forte inflation des biens du secteur primaire

Selon le secteur de production, ce sont les produits du secteur primaire (3,7%) notamment les produits frais (2,9%) qui présentent les plus fortes variations de prix sur les douze derniers mois. Une variation de 2,5% a été observée sur les biens et services du secteur tertiaire.

Graphique 5 : Evolution des prix par secteur

Graphique5

En téléchargement:

2013-09: Evolution de l’inflation au cours du premier semestre de l’année 2013



Flash Infos

JOURNÉE AFRICAINE DE LA STATISTIQUE, 18 novembre 2016 : DÉCLARATION OFFICIELLE DU MINISTRE DE L’ECONOMIE, DE LA PLANIFICATION ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE. Pour plus d’information cliquer Ici.

LE MOIS DE LA STATISTIQUE AU CAMEROUN, édition 2016 : Depuis 2015, le Cameroun a institué le MOIS DE LA STATISTIQUE qui couvre la période du 20 octobre au 20 novembre dans le but de marquer son adhésion à la résolution des Nations Unies qui invite les pays membres, de promouvoir à travers des actions, la Statistique en tant qu’outil d’aide à la prise de décision axée sur les résultats. Pour l’année 2016, LE MOIS DE LA STATISTIQUE AU CAMEROUN est meublé par plusieurs activités et porte sur le thème «Renforcement des statistiques économiques pour l’intégration régionale, la transformation structurelle et le développement durable ». Pour plus d’information cliquer Ici.

PARIS21 : Rapport 2016 sur le soutien des partenaires à la Statistique dans le monde. Pour plus d’information cliquer Ici.

Annuaire Statistique du Cameroun 2014

LE MOIS DE LA STATISTIQUE :AGENDA
Du 12 au 16 octobre 2015 :Mise en adaptation de la SNDS 2, sous le format de la planification stratégique intégrée.
19 octobre 2015 : Forum de sensibilisation sur les résultats de l’atelier régional sur la planification stratégique intégrée (co-organisé avec AFRISTAT-STATCanada & Paris21).
22 octobre 2015 : Grande sensibilisation autour de la SNDS 2 en alignement sur les ODD, et les défis de l’AP2015 en matière statistique.
26 octobre 2015 : Organisation d’une table ronde avec les partenaires au développement pour le financement de la SNDS 2.
30 octobre 2015 :
(1) Installation du Conseil National du 4ème Recensement Général de la Population et de l’Habitat, du Président et des Vice-présidents du Comité Technique;
(2) Installation du Président du Conseil d’Administration, du Directeur Général et du Directeur Général Adjoint du Bureau National de l’Etat Civil.
14 novembre 2015 :Une marche sportive réunissant tous les membres du SSN.
18 novembre 2015 :
(1) Tenue de la 14ème session du CNS;
(2) Communication du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire sur le thème de ces journées.

Rapport préliminaire de l'ECAM4 de 2014. Pour plus d’information cliquer Ici.

Atelier de lancement du Projet de renforcement des capacités des pays à l’utilisation des technologies mobiles pour la collecte des données statistiques au Cameroun, du 24 au 26 juin 2015 à Yaoundé. Pour plus d’information cliquer Ici.

Contribution à la 73e lettre d’AFRISTAT (LLA) 2eTrimestre 2015. Pour plus d’information cliquer Ici.

Avis d’appel d’offres national ouvert n°03/aono/ins /cipm/2015 du 20 avril 2015 pour le gardiennage des locaux de l’INS -exercice 2015. Pour plus d’information cliquer Ici.

Relevé des conclusions et recommandations de la 46ème Session de la commission statistique des Nations unies, New-York, du 27 février au 06 mars 2015. Pour plus d’information cliquer Ici.

60e WSC 2015 : Appel à communication. La soumission des articles pour une présentation est ouverte jusqu'au 13 Février 2015. Pour plus d’information cliquer Ici.

Première réunion du Comité des Directeurs Généraux des Instituts Nationaux de Statistique (CoDGs) et la Commission Statistique pour l'Afrique (StatCom-Africa), Tunis, du 8 au 12 Décembre 2014, . Pour plus d’information cliquer Ici.

Evolution de l’inflation au cours des neuf premiers mois (janvier-septembre) de l’année 2014 .

Annuaire Statistique du Cameroun en 2013 .

Etude sur la situation de référence des indicateurs De la chaine pénale au Cameroun en 2014 .

Célébration de la 24ieme Journée Africaine de la statistique (JAS) sous le thème: "des données en accès libre, en faveur de la responsabilité et de la participation sans exclusion".

Etude sur les transactions transfrontalières du commerce extérieur en 2014 .

Les Comptes Nationaux du deuxième trimestre de 2014.

Les Comptes Nationaux du premier trimestre de 2014.

Rapport sur la monographie des échanges transfrontaliers de marchandises au Cameroun, 2014.